en attendant LA SAINT JEAN !

L’été sera chaud, l’été sera chaud…tout est dit

On n’y est pas encore, officiellement le 21 juin mais les jours filent à une vitesse grand V alors on anticipe . Pas évident de rester ancré en se projetant. Tout un art. Encore une fois l’équilibre est dans le mouvement parait il..mouais…Restons souples !

Actualités, gourmandises et bien-être

Les plantes gourmandes à l’honneur  Géranium rosat, Agastache anisée , Noisetier 

La Saint Jean dans nos esprits évoque le solstice d’été et le feu.

Les feux de la Saint-Jean constituent une tradition encore vivace dans de nombreux pays. On allume pour l’occasion un grand feu visible de loin autour duquel la communauté se rassemble et fait la fête. La coutume veut également que les jeunes gens sautent par-dessus le feu quand il est plus ou moins consumé.
Une autre tradition veut que l’on récolte des plantes médicinales le 24 juin. Selon le dicton, « Les herbes de Saint Jean gardent leurs vertus tout l’an ».

Nous, on a sélectionné trois plantes  aromatiques et médicinales (ouh la sélection était corsée ! ) dont 2 qu’on aime passionnément . Le Géranium rosat et l’Agastache anisée. Des bombes aromatiques naturelles ! Les papilles explosent de saveurs à leur contact. Et on aime. Et quand on aime, on partage. C’est comme ça au jardin de Kristofine !

Les Must Have

LE geranium rosat

Ce genre botanique Pelargonium compte plus de 200 espèces, dont plusieurs dizaines sont odorantes et font merveille en cuisine.

Ces plantes communément appelées « géraniums odorants » ont un feuillage aromatique et couvrent tout le champ culinaire grâce à leurs saveurs originales.

Selon les espèces tout un panel d’effluves : rose, orange, citron, chocolat, noisette, pomme même de cola ! Eh oui !

Il est mondialement connu et très apprécié pour son parfum de rose.

Il est originaire d’Afrique du sud et a été longtemps cultivé dans la célèbre ville de Grasse. Son petit nom est issu de« geranos », qui signifie “grue” par allusion à la forme très allongée du fruit schyzocarpe qui en évoque le bec.

En phytothérapie, on réalisera de délicates infusions à partir des sommités fleuries, idéales pour réguler la glycémie. Côté santé, le géranium peut être préparé sous différentes formes. En lotion, crème, application de feuilles fraiches hachées (cataplasmes) pour traiter des brûlures superficielles.

Sa principale utilisation est sous forme d’huile essentielle à l’odeur de rose fruitée. Son spectre large et ses puissantes propriétés médicinales (antifongiques, anti-infectieuses, antibactériennes, hémostatiques, anti-inflammatoires et astringentes …la liste est n’est pas exhaustive ) en fait une huile indispensable dans la trousse de secours. Ses effets tonique, réparateur et anti-oxydant font de l’eau florale de géranium rosat https://www.lessaveursdekristofine.fr/produit/hydrolat-pur-de-geranium-rosat/  une panacée des soins de beauté, notamment pour les rides ou problèmes de peau tel que acné, eczéma…

L’utilisation de la plante en cuisine est moins connue mais tout aussi savoureuse. Les fleurs sont comestibles et agrémente esthétiquement les salades ou apporte du bucolique aux glaçons l’été.  Elles sublimeront également de leurs délicats parfums rosés les desserts, crèmes, glaces, pâtisseries, confitures ou bien simplement cristallisées ou préparées en sirop . https://www.lessaveursdekristofine.fr/produit/sirop-de-fleurs-de-geranium-rosat/ . On peut en réaliser des vinaigres, les utiliser également pour décorer des gelées, des fromages, ou du beurre.

Les feuilles de ces géraniums odorants sont nettement plus parfumées que les fleurs. Elles aromatisent plus fortement les plats (farce, sauces…) et parfument des boissons chaudes ou froides. Songez à les oter du plat après qu’elles aient libéré leurs arômes ! Elles apportent aussi leurs extraordinaires parfums aux desserts, crèmes, glaces et autres pâtisseries !

 

L'AGASTACHE ANISEE

Cette lamiacée ou labiée originaire d’Amérique du nord, connue sous diverses appellations telles que Hysope anisée, Agastache fenouil, Grande Hysope se décline en plus de trente variétés. Cette variété assume véritablement l’étymologie de son nom du grec agathos lequel signifie bon, excellent voire admirable et foeniculum qui signifie fenouil.

Cette Agastache, dite Foeniculum en latin, est connue pour ses fleurs bleues ou mauves et son goût anisé. Elle est utilisée tout autant sur le plan de l’ornement grâce à ses couleurs vives, le plan culinaire pour ses qualités aromatiques et le plan thérapeutique pour ses multiples vertus. 

On reconnaît à ses feuilles et fleurs des propriétés diaphorétiques, expectorantes, anti-inflammatoires, antispasmodiques, sédatives, et utiles en cas de toux, spasmes, insomnies ou encore blessures. Une précaution, elle est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes (en particulier l’huile essentielle) ainsi qu’aux personnes sous traitement neuroleptique.

Elle est introduite en Europe en tant que plante d’ornement, puis mellifère grâce à ses parfums anisés, et enfin sera intégrée à la cuisine et utilisée en phytothérapie alors que de l’autre côté de l’Atlantique, les Amérindiens Cheyennes l’utilisaient déjà en infusion pour guérir les fièvres, rhumes, problèmes cardiaques, refroidissements et en cataplasmes pour soigner les brûlures. 

Elle est utilisée en parfumerie et dans l’industrie agroalimentaire pour ses parfums caractéristiques d’anis, de réglisse et de menthol et ne manque pas de se faire remarquer dans de nombreux jardins et chez nos amis fleuristes pour ses magnifiques couleurs chatoyantes. En effet, ses fleurs tubulaires bleues, mauves violacées ou rosées trônent en épis terminaux de juin à octobre, et exhalent également ce parfum typique anisé lié à l’estragol qu’elles contiennent. Les abeilles en raffolent, ce qui confère à l’Agastache le titre de plante très miellifère.

L’Agastache anisée herbacée vivace vous tiendra compagnie environ 3 ans. Un petit conseil : rabattez la un peu après l’hiver pas avant !

Ainsi, on peut l’absorber sous forme de tisanes ou décoctions pour ses vertus digestives ou fébrifuges. Sous forme de cataplasmes épais contre les brûlures ou piqûres d’insectes. Egalement en huile essentielle pour un bain détente et parfumé lequel activera vivement la sudation recherchée, bien que personnellement je préfère et préconise l’usage de l’hydrolat, plus doux et plus facile d’utilisation car nul besoin de l’associer à de l’huile végétale.

En hydrolat, elle agira comme les populaires eau de bleuet ou de rose en tonifiant la peau et on peut également l’intégrer dans les préparations cosmétiques ‘maison’ (crèmes, masques, lotions…). En bains de bouche purifiants ou de rinçage.

Mais c’est encore sur les papilles qu’elle se révèle le mieux selon moi. Son sirop envoutant tant par son goût anisé que les volutes noires qu’elle génère au bout de quelques semaines de maturité est juste exceptionnel. Celles-ci n’entament en rien ses qualités organoleptiques.

Ce sirop se déguste frais ou en infusion chaude, en filet sur une salade de fruits ou gâteau au chocolat noir.

Ses feuilles fraîches peuvent être rajoutées à une salade mixte ou s’associent parfaitement aux poissons. Ses feuilles sèches entrent dans la composition de mélanges aromatiques spéciale grillade .

Le noisetier

Nombreux sont les mythes autour du Noisetier ou Corylus avellana

En effet, cette espèce de la famille des  bétulacées est source de moults légendes. Son nom du grec còrys signifie « heaume » (en effet, les noisettes font penser à de petits casques ) et avellana tire ses origines du nom d’une ville romaine dans la province d’Avellino, terre où cette plante était très répandue. 

Son fruit la noisette symbolise  la sagesse humaine protégée du monde extérieur. 

Cet aura de mystère et de magie qui l’accompagne depuis toujours et occupe une place à part dans l’imaginaire humain vient également du fait qu’il ait été employé comme support d’incantation par les druides, utilisé par les sourciers et les chercheurs d’or. Cette tradition serait rattachée à la symbolique de fertilité qu’on lui a très tôt attribué à cause de l’abondance de noisettes qu’il produit.

En Normandie, pour qu’une vache donne du lait, on la frappait trois fois avec une baguette de coudrier.

Les Amérindiens employaient le coudrier – son autre appellation- pour soigner certaines maladies cardiaques ou sous forme de colliers dentaires constitués de fragments de tiges pour soulager les tout-petits des douleurs.

L’hamamélis ou witch-hazel, littéralement « noisetier des sorcières » l’a-t-il éclipsé ? Pas certain. On sait en effet que cette plante d’origine américaine a été rapidement adoptée en Europe pour ses remarquables propriétés vasoconstrictrices. Pourtant tout est bon dans le noisetier et ses diverses parties ont été employées en médecine :

Les feuilles constituent un bon tonique veineux et un excellent vasoconstricteur, ce qui les rend utiles dans le traitement des varices, des troubles circulatoires et de l’oedème des jambes. En usage externe, elles sont cicatrisantes, particulièrement en cas de dermatoses. On peut en faire une cure à base d’hydrolat  https://www.lessaveursdekristofine.fr/produit/hydrolat-pur-noisetier-200ml/ou à appliquer sur la peau du visage  car il est également adoucissant et permet de lutter contre le vieillissement des cellules.

L’écorce  par voie interne, est fébrifuge pour soigner les états fiévreux. Par voie externe, elle est cicatrisante.

Les chatons  sont diaphorétiques et utiles dans les régimes amaigrissants car ils couperaient la faim pris une vingtaine de minutes avant de faire bombance parait il..

Le « lait végétal» des noisettes agirait doucement sur les intestins en améliorant leur fonctionnement.

En cuisine dès que les feuilles sortent de leurs bourgeons au printemps et sont encore tendres, on peut les ramasser pour les utiliser, hachées, en salade. Elles se cuisinent également avec d’autres feuilles en quiche, farce, dans les soupes, pistous etc.  Elles peuvent être farcies après avoir été rapidement blanchies. En hiver, les chatons  trempés dans du chocolat font office de bonnes friandises pour le goûter. On peut également les incorporer dans la farine après les avoir réduits en poudre (post séchage ) pour fabriquer des galettes, chapatis, pains, pâtes tout en profitant de leur haute teneur en protéines . A tester dans la pâte à Bokit 😉

 

À vos Agendas
Marchés & Festivités

Retrouvons-nous comme d’habitude dans la joie et la bonne humeur sur les marchés de plein vent de Biarritz les vendredis et samedis de 9:00 à 13:00 sauf météo défavorable et autre festival ou salon dédié aux plantes aromatiques et médicinales.

Le vendredi sur la place St Charles et le samedi aux Halles.

L’occasion faisant le larron, on pourra échanger sur nos productions et nos pratiques, nos produits, leurs usages et bienfaits, notre ferme et nos ateliers, et toujours à l’écoute de vos questions !

La 19ème édition de l’Opération nationale « Rendez-vous aux jardins », organisée à l’initiative du Ministère de la Culture et de la Communication, avait lieu les 4 et 5 juin derniers et pour thème « les jardins face au changement climatique » .

A cette occasion, la Villa Arnaga a mis en place un marché aux plantes réunissant une cinquantaine d’exposants et de collectionneurs passionnés. De nombreuses démonstrations par les exposants, des ateliers proposés par l’équipe de jardiniers du domaine ont participé à cette thématique.

On y était , et vous ?

On a apprécié l’accueil et l’organisation, les échanges avec le public venu nombreux et curieux, les joviales complicités entre exposants et les pépites végétales chez nos pépiniéristes préférées Damisela de Mialos dans le Béarn et Indartia d’Ascain Pays Basque.

Niouz du jardin

Cueillette, Plantation et Accessoire Eco

 

On s’est laissé tenté par le Tomatillo pourpre physlis ixocarpa. Un peu long de nom mais quel régal quand il agrémente les sauces tomates, les ratatouilles. Pour faire court, on peut le surnommer Physalis purple ( nothing to deal with Purple rain 😉 D’ici 4 à 5 mois, la récolte.. on vous dira.

On a mis le paquet sur les semis de Luffas à cause de la pitre saison dernière laquelle nous a laissé quelque temps mélancolique de 2020 Oh année sacrée du Luffa .

Plantation des Basilics grand vert, on va tester cette saison les hydrolats. On s’en délecte d’avance.

En matière de cueillette, on n’est pas en reste. Grâce au soutien technique de Virginie et de la météo plutôt favorable, on a récolté les fleurs dans l’ordre : Camomille matricaire,  Thymus vulgaris,  Houttounia si chère à nos mix aromatiques, Géranium rosat et Géranium citron, Salvia officinalis, Santoline, Agastache anisée coup de coeur en lien direct avec mes origines amérindiennes et bien sûr l’Escholtzia ou plante somnifère.

On a paillé avec la laine de brebis en laissant cette fois un périmètre spécial limaces lequel permettra, on l’espère de prévenir des attaques de nos visiteuses nocturnes qui apprécient particulièrement l’Agastache anisée, on sait pourquoi puisque nous itou !

Chapeau bas à Hervé, futur maraicher en herbe ( oui oui, il va produire également des aromatiques ) fort de sa technicité et habileté s’est lancé sur un chantier brico-rénovation créatif. En bref, enclos pour Salsa notre border collie déjantée qui va fêter ses 9 mois, une vraie porte pour la serre ( les aloes vera vont apprécier ) et une surprise pour les christophines qui vont pouvoir se faire plaisir en mode permaculture  « Un élément PLUSIEURS fonctions ». Un grand milesker à tela-botanica pour ses MOOC et rubriques puits de connaissance.

Côté trouvailles, on a testé les oyas, ou ollas (les 2 écritures sont admises) de Jérôme Monnery et on en est plutôt satisfait. .

Un oyas, ou ollas, est un pot en argile cuite poreuse utilisé comme système d’arrosage depuis plus de 4 000 ans, et sur tous les continents. Il s’agit d’un réservoir à eau enterré près des cultures, qui distribue de l’eau au fur et à mesure de leurs besoins, un peu comme un tuyau micro-poreux. Si vous souhaitez plus d’information à son sujet, n’hésitez pas à vous manifester.

Activités

Ateliers & Visites

Ce mois de juin, on est charrette sur le planning donc on reporte au mois d’aout l’ atelier de distillation.

On ne sait quelle sera notre plante élue.

Si vous avez des suggestions, écrivez directement à « lessaveursdekristofine@gmail.com.

On s’est régalé de la visite de Virginie « future  Pamière », qui a pleinement participé aux différentes activités de la ferme.

Merci à elle pour son investissement, ses bonnes idées et sa bonne humeur.

Projets

Aménagements & Marchés

Miimosa avec 2 i

On aborde la phase finale avec le projet Papilles givrées.

Livraison du graal courant du mois … on est tout chose..THE machine à granita. On publiera la photo, promis !

Côté remorque on est presqu’au bout du bout.. On avance, c’est le principal. Un coup de peinture, de lubrifiant, vérification des connectiques… on frôle la perfection, on s’y attèle en tout cas.

Lekukoa

Ce mois, on s’est mis en mode lasai. Rassurez vous on s’active quant même mais on profite du plein air, des rayons du soleil et de la Nature. Donc pas de speed. On reprend les commandes et livraisons bientôt. 

On a du sirop sur la planche à tester, des récoltes de cerises, framboises, groseilles à assurer avant l’arrivée des abricots, pêches et poires.. On se ménage quoi !

C’est déja l’été, WHAT ELSE ?